• Luxopuncture Rochefort

LUXO-CONSEIL đŸ‘ŒđŸŒ

Pourquoi limiter les produits laitiers ❓🐼

En effet aucun aliment n’est mauvais en soi, c’est son abus qui est nĂ©faste Ă  notre santĂ©.

  • Du bon sens

L’homme est le seul mammifĂšre sur terre qui boit le lait d’un mammifĂšre d’une espĂšce diffĂ©rente et le seul aussi qui boit du lait au-delĂ  de la pĂ©riode nĂ©cessaire, c’est-Ă -dire au-delĂ  de 3 ans.


  • Le lait de vache est initialement destinĂ© au petit veau

Et Ă  ce titre il comporte des nutriments adaptĂ©s Ă  sa constitution. En effet les proportions en lipides, protides, glucides et hormones de croissance conviennent au petit veau qui va prendre en moyenne 300 kilos la premiĂšre annĂ©e de sa vie. Ce n’est pas Ă  mon sens le cas du petit homme 
 Il est bon de se rappeler que les hormones de croissance stimulent les cellules saines mais aussi les cellules cancĂ©reuses



  • La lactase

La lactase est une enzyme sĂ©crĂ©tĂ©e au niveau de l’intestin. Elle permet la digestion du lactose, sucre du lait prĂ©sent dans les laits animaux. Cette enzyme est prĂ©sente Ă  notre naissance et diminue progressivement jusqu’à disparaitre complĂštement chez environ 75 % des adultes. Le dĂ©ficit en lactase entraine donc une intolĂ©rance au lactose souvent caractĂ©risĂ©e par des ballonnements, douleurs abdominales, vomissements ou encore diarrhĂ©es. Le lactose, sucre du lait consommĂ© en quantitĂ© importante participe aisĂ©ment Ă  l’addiction au sucre et ses consĂ©quences dĂ©sastreuses sur la santĂ©.


  • Les casĂ©ines du lait de vache

Ce sont des protĂ©ines du lait qui coagulent en milieu acide sous formes de grosses molĂ©cules et sont donc difficiles Ă  digĂ©rer pour l’homme. A savoir que la casĂ©ine se comporte comme une colle et sera donc muco-productrices. On observe ainsi souvent en cas d’arrĂȘt des produits laitiers une amĂ©lioration trĂšs nette des pathologies liĂ©es Ă  la sphĂšre ORL. En cas de surdosage on constate un appauvrissement du microbiote, une destruction progressive des villositĂ©s intestinales et de l’inflammation. S’en suivront des problĂšmes articulaires et diffĂ©rents problĂšmes gastro-intestinaux.


  • Les acides gras

Le lait de vache contient beaucoup trop d’acides gras saturĂ©s et on sait qu’ils sont Ă  limiter notamment parce qu’ils sont en cause dans les pathologies cardiovasculaires. Le risque est d’augmenter le mauvais cholestĂ©rol et les triglycĂ©rides.


  • La prĂ©sence en excĂšs de phosphate

On constate en effet que les phosphates sont trĂšs Ă©levĂ©s dans le lait de vache et qu’en excĂšs ils limitent l’absorption du calcium.


  • Et le calcium, me direz-vous ?

Depuis notre plus tendre enfance nous entendons dire à grand renfort de publicité que le calcium est bon pour la santé. On en distribue encore quotidiennement dans les écoles.

Il faut dire que le lobby du lait est trĂšs puissant et reprĂ©sente un impact Ă©conomique colossal. Vous pouvez trouver du calcium assimilable dans les choux, les amandes, les sardines consommĂ©es avec l’arĂȘte, le sĂ©same ou encore les haricots blancs.


  • Ne dit-on pas que le calcium est bon pour l’ostĂ©oporose ?

Oui et il l’est effectivement. A condition qu’il soit associĂ© Ă  une dose suffisante de vitamine D et ceci dit en passant une grande partie de la population en est carencĂ©e.

La bonne santĂ© de notre corps repose entre autres sur l’équilibre acido-basique. C’est-Ă -dire qu’il est nĂ©cessaire qu’il y ait autant de bases que d’acides. Or en cas de rĂ©gime alimentaire riche en produits laitiers le corps va s’acidifier.

Le corps dans sa grande intelligence a tout prévu, il va aller ponctionner des bases sous forme de minéraux dans les organes non vitaux pour rétablir cet équilibre indispensable à la vie. Les os font partie de ces organes.

Ainsi nos os vont progressivement ĂȘtre privĂ©s de leurs minĂ©raux et se fragiliser et l’ostĂ©oporose va s’installer. Les produits laitiers sont par consĂ©quent un facteur de risque pour l’ostĂ©oporose s’ils sont consommĂ©s en excĂšs.

La France qui est un grand consommateur de produits laitiers animaux est ainsi en bonne place au palmarĂšs des pays les plus atteints par l’ostĂ©oporose.


  • Le lait de vache est riche en insuline

L’insuline bovine se retrouve en excĂšs dans le lait et augmente ainsi les risques d’insulinodĂ©pendance, c’est-Ă -dire qu’elle n’est plus reconnue par les cellules du pancrĂ©as et reste dans la circulation sanguine, amenant progressivement au diabĂšte de type II.


  • Et si en plus le lait consommĂ© n’est pas biologique

On retrouve en plus dans ce cas-là un cocktail savoureux de pesticides, herbicides, antibiotiques et autres substances chimiques qui vont avoir comme conséquence de détruire progressivement notre flore intestinale et de contribuer à une déficience de notre systÚme immunitaire.


  • Et pour finir les conditions d’élevage


Il n’échappe Ă  personne qui veut bien se renseigner un peu que les animaux ne sont pas toujours bien traitĂ©s. Les rythmes des animaux ne sont pas respectĂ©s, ils sont sur-sollicitĂ©s, tombent facilement malades, soignĂ©s aux antibiotiques, stressĂ©s 
 Quand ils ont de la chance ils mangent de l’herbe riche en omĂ©ga-3 si non ce sont des tourteaux Ă  bas d’omĂ©ga-6 inflammatoires qui constituent leurs rations. Les pies des vaches souvent abimĂ©s sĂ©crĂštent du pus qu’on retrouve bien sĂ»r 
 dans le lait. Bon appĂ©tit !!!


Oui mais c’est bon 
 Et c’est culturel


Et il y a heureusement moyen de se faire plaisir tout en restant encore une fois dans les limites du raisonnable. En effet la transformation du lait en fromage entraine une disparition quasi-totale du lactose et une meilleure digestibilitĂ© des casĂ©ines. Partager ainsi un bon plateau de fromage avec des amis n’aura pas d’effets dĂ©lĂ©tĂšres si cela reste occasionnel. PrĂ©fĂ©rez les fromages de brebis et de chĂšvres qui sont plus digestes et issus d’élevages plus protĂ©gĂ©s.